Adhésion du Maroc à la CEDEAO : Pourquoi le royaume chérifien doit encore attendre !

0
1244

Il était décidé à l’issue du sommet de Monrovia (Liberia) le 4 juin dernier un “accord de principe” pour l’adhésion du Maroc à l’organisation. Et ce 52ème rendez-vous d’Abudja devrait l’acter. Mais ce ne sera pas le cas. Et pour cause.

Le rêve marocain pour une appartenance à la CEDEAO devra encore attendre peu pour se réaliser. Simplement parce que même si de nombreuses raisons plaident en faveur d’une bienveillance particulière, voire d’une reconnaissance affirmée, des quinze pays membres de l’organisation ouest-africaine à l’égard du Maroc, il n’en demeure pas moins que des questions subsistent et des paramètres plaident pour un report. Du moins, c’est ce qui ressort à l’ouverture de ce 52ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la communauté.

L’adhésion du Maroc n’est pas à l’ordre du jour. Et l’annonce de l’absence du roi chérifien était symptomatique. Dans un premier temps, il est utile de constater ou d’espérer que l’entrée du royaume dans l’espace Cedeao aura des économiques, commerciales, politiques, sécuritaires, géostratégiques. Et surtout si cet Etat est sans nul doute plus fort que ses pairs membres à l’exception du Nigeria, et peut-être même mieux organisé que ce dernier géant. Cela soulève des intérêts à clarifier de part et d’autres. Et c’est l’une des raisons qui refusent de valider cette adhésion qui dans le même temps reste tout aussi discutable en ce sens où le pays demandeur n’est du tout pas de l’espace géographique ouest-africain. Et les questions qui se posent ne sont du tout pas anodines : la CEDEAO accueille-t-elle tous les pays africains qui entretiennent des relations avec ses pays membres ? Seuls les arguments économiques militent pour l’adhésion d’un pays à la CEDEAO ? L’entrée du Maroc ne va-t-elle pas remettre en cause l’architecture institutionnelle de l’organisation? Des questions qui méritent des réponses et que manifestement le sommet d’Abudja n’a pas

PARTAGER
Article suivantTogo: Fabre et Tikpi, le clash médiatique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here