Alerte / Un Sarakawa 2 en préparation contre le Togo, 44 ans après

0
621

44 ans après le drame de Sarakawa, un éprouvant souvenir commémoré il y a seulement quelques jours par le Président de la République, le Togo en vit un autre de sensiblement pareil.

De l’aveu le week-end dernier d’un acteur politique togolais se réclamant de la coalition des partis de l’opposition, les manifestations de protestation lancée le 19 Août 2017 ont à ce jour « permis de baisser les recettes publiques de 40% ».

Et Monsieur Gnimdéwa ATAKPAMA l’a brandi ce week-end sur une radio de la place de Lomé comme un résultat « satisfaisant » des manifestations de l’opposition. Une telle déclaration cache à peine la volonté des opposants au régime de Faure E. GNASSINGBE, de rendre économiquement vulnérable l’Etat Togolais.

Un objectif alors très similaire à celui du drame de Sarakawa survenu il y a 44 ans. En effet, « (…) il y a 44 ans un attentat tentait de mettre fin à la vie du Général Eyadéma GNASSINGBE », a rappelé vendredi dernier le Ministre de l’Administration territoriale, Monsieur Payadowa BOUKPESSI à l’occasion de la cérémonie de commémoration en présence de l’actuel Président de la République dont l’opposition réclame depuis quatre mois le départ du pouvoir. « Cette macabre tentative dans laquelle plusieurs fils du Togo ont péri est intervenu dans un contexte où le vaillant peuple togolais sous le leadership du Général GNASSINGBE, luttait contre des ennemis qui tentaient de le dessaisir de ses richesses naturelles et les exploiter contre lui afin de le maintenir dans une longue dépendance économique et la pauvreté », rapporte une source proche des familles ayant perdu des membres dans le drame.

Dans leur stratégie, les partis membres de la coalition de l’opposition privilégient le blocage des activités économiques du pays à travers des jours de manifestations chaque semaine avec à la clé parfois même la perturbation des passages aux frontières terrestres et diverses menaces et intimidations des usagers et commerçants des marchés des villes. Ils semblent d’ailleurs si bien satisfaits des résultats de leurs manœuvres contre l’économie du pays qu’un des leurs, Gnimdéwa ATAKPAMA, du Parti Togolais (PT), a fièrement annoncé qu’ils « ont réussi à faire baisser les recettes publiques de 40% ».

Ce qui fait craindre à bien de Togolais, contemporains des événements du 24 janvier 1974 qu’il se joue depuis le 19 Août 2017, un remake de la tentative de Sarakawa auquel heureusement, estiment-ils, « le gouvernement résiste encore », mais, « pour combien de temps ? », s’inquiètent-ils.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here