Nouveau meeting de la C14 / La preuve d’une opposition divisée par les intérêts

0
1047

A chaque jour suffit sa mésentente. Surtout dans le rang de l’opposition togolaise. Après une longue illusion de solidarité autour des motivations de leurs actions politiques, la réalité est enfin là : la Coalition des 14 partis n’est en clair qu’un tigre en papier aux intérêts inavoués et surtout différents. Le progrès du Togo n’a jamais été leur idéal. Encore moins le bien-être du Togolais. En voilà l’une des preuves les plus anecdotiques mais surtout fantasmagoriques. Indépendamment des autres partis de la coalition, Brigitte ADJAMAGBO JOHNSON décide de jouer en solo.

L’entente illusoire du départ cède place à la division longtemps cachée. La solidarité de façade difficilement entretenue laisse place à la solitude politique. L’union hypocritement affichée devant le monde entier n’est que la ruse usitée pour tromper le peuple. Mais hélas !!! Enfin le mur du mensonge tombe. Désormais, les initiatives solitaires ont pignon sur rue dans le rang des opposants. A chacun désormais sa fable. Sinon à chacun ses intérêts en fonction de sa conception de ce qu’est l’État sinon le Togo : un gâteau à partager. Et non une République à défendre.

Incapables de réfléchir et de s’unir pour un idéal, incapables de ménager les différences personnelles pour un objectif commun, incapables de brûler leur orgueil politicien pour défendre le bien-être des Togolais, les différents membres de l’opposition au régime de Faure GNASSINGBE se montrent inconséquents, sinon ignorants des enjeux politiques et très assez insouciants des aspirations du peuple. Pendant que Jean Pierre Fabre négocie son rapprochement avec le pouvoir, que Tikpi Atchadam prend ses aises loin du pays, Brigitte ADJAMAGBO JOHNSON décide elle de nous montrer le vrai visage de cette opposition archaïque et absorbée par la guerre des intérêts.

En soi, ce n’est pas une mauvaise nouvelle, elle permet au moins de découvrir des hommes et des femmes n’ayant aucun sens de la République et des valeurs qui la gouvernent mais prétendent raccourcir le mandat constitutionnel d’un Président élu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here