Togo : Jean-Pierre Fabre ou une drôle idée de l’alternance

0
325
Togo - Jean Pierre Fabre - Faure Gnassingbé
Jean-pierre Fabre

Il appelle à l’alternance au Togo mais il est le prototype du contraire. Pour une fois encore, Jean-Pierre Fabre a choisi désynchroniser le texte d’avec l’image. Il l’a fait savoir lors du congrès de son parti qui s’est tenu le week-end écoulé en acceptant d’être à nouveau le candidat désigné pour la présidentielle prochaine. Ce n’est pas étonnant et encore moins nouveau. Plutôt anecdotique de celui qui appelle à l’alternance au sommet de l’Etat mais règne en monarque absolu sur l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) depuis la présidentielle de 2010.

Déjà deux fois candidats à la présidentielle togolaise, deux fois élus députés et récemment élu maire de la commune Golfe 4, Jean-Pierre Fabre est à nouveau candidat à la présidentielle de 2020. Et tout ceci au bout d’une douzaine d’années, renseignant de fait, la nature gloutonne des ambitions politiques du personnage. Il ne laisse aucune possibilité à l’alternance au sein de l’exécutif du parti. Il se positionne pour tous les enjeux électoraux en refusant de faire la place à la jeunesse au sein de son parti. Il se croit indispensable. Pourtant, c’est lui qui entend impulser une dynamique au profit de l’État de droit et de la démocratie au Togo. Bien drôle !

Pendant ces dix dernières années, Jean-Pierre Fabre rythme la vie politique togolaise avec des valeurs contraires à celles qu’il suppose à l’actuel Président de la République. En novembre 2010, il fut avec huit autres de ses collègues ceux ayant trahi “un acte” pris en octobre 2007 selon lequel, ils resteraient fidèles à l’Union des Forces du Changement (UFC) dont ils étaient les députés. Mais hélas !

C’est de cette trahison mise sur le couvert d’une guerre de leadership que naîtra en octobre 2010, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC).Et depuis, il refuse de céder à l’alternance. Alors, qu’il était trois mois plutôt candidat aux élections municipales qu’il remporta, le voilà à nouveau candidat à la présidentielle prochaine. C’est à croire que Jean-Pierre Fabre, 67 ans, est la seule personne capable de représenter valablement le parti aux processus électoraux. Mais, il en dénie le droit à l’actuel Chef de l’Etat, 53 ans, de se faire représenter valablement alors même que la loi fondamentale lui en donne le droit. Curieux et bien drôle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here