Levée d’immunité parlementaire : Pris dans un étau, Agbéyomè KODJO fait profil bas et pose des conditions

0
1266
Agbekodjo
Agbéyomé M. Kodjo

Quand Messan Agbéyomè KODJO a appris, le 09 mars dernier que le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Lomé a saisi la Présidente de l’Assemblée Nationale pour la levée de son immunité parlementaire, il a souri en coin des lèvres. Mais quand le lendemain, la correspondance de Yawa Djibodi Tségan lui parvint, il fut pris de panique. Il cherche depuis lors une porte de sortie parce que désormais convaincu qu’il est pris dans un étau.

Ancien transfuge du parti au pouvoir, il prend contact et sollicite la mansuétude des députés manifestement déterminés à lever l’immunité parlementaire de leur confrère. Hier, il sollicitait les bons offices de l’ancien ministre Magnim Solitoki Esso ou encore du Conseiller Moussa Barqué. Mais éconduit depuis lors par ces barons, il a jeté son dévolu sur d’autres figures influentes proches du pouvoir. Le cirque est plaisant pour les enfants mais en politique, c’est visiblement pas une bonne stratégie.

Selon des sources bien informées, il était hier au téléphone avec un membre du bureau de l’Assemblée Nationale. Selon les aveux, il est bien disposé à renoncer à la plaisanterie entamée depuis lors et qui pour le Procureur de la République sont des actes subversifs tentant à supprimer les institutions de la République régulièrement établies. Il plaide à ce que son immunité parlementaire ne soit pas levée et négocie un vote de blocage de la part de certains députés.

Dans la liste des conditions posées, il négocie des postes stratégiques dans le gouvernement et l’administration publique pour certains de ses affidés. “Tu nous accuses d’avoir volé la victoire du peuple. Mais ne penses-tu pas que c’est plutôt toi qui veut nous détourner de la confiance du peuple”, lui avait répondu son interlocuteur. Et enfin, le lâcheur politique suggère une prise en compte par le gouvernement des exigences de ses compagnons avec en tête le prélat Phillipe Fanoko Kpodzo qu’il fera parvenir incessamment à son interlocuteur d’hier soir.

Qu’on se le dise ! Ce n’est guère étonnant venant de l’homme au passé sulfureux et qui n’a guère honte de faire passer des intérêts bassement personnels. C’est ainsi qu’il fonctionne par pur goût du pouvoir même s’il faut s’entacher les mains de sang. Qu’il vous souvienne le massacre de Fréau Jardin le 25 janvier 1993, où une manifestation pacifique de l’opposition se transforma en carnage avec des dizaines de morts. Sans oublier la mort du député du CAR Gaston EDEH en février 1995. Conscient donc qu’il ne peut se prévaloir d’une légitimité populaire, Messan Agbéyomè KODJO préfère jouer au trublion pour mieux procéder au chantage. Mais manifestement, ça bloque cette fois-ci.

Lire aussi :Procédure de levée d’immunité parlementaire/ Messan Agbéyomè Kodjo et des compères prennent la fuite

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here